À NE PAS MANQUER ! CLIC ICI :
Accueil / Comportement du chien / Le détachement chez le chien

Le détachement chez le chien

Détachement chiot

Ce chiot doit apprendre le détachement pour qu’il devienne un chien adulte capable de supporter l’absence de son maître

Pendant la période de transition (de 14 à 32 jours suivant les races), le chiot s’attache à sa mère et découvre qu’il est un chien. C’est le processus d’imprégnation.

En parallèle, se met en place un autre processus qui est l’attachement à la mère et qui est la condition indispensable au bon déroulement de l’imprégnation. Le chiot apprend alors l’appartenance à son espèce ainsi que les rituels canins. Il découvre par exemple la maîtrise de ses morsures au cours des jeux avec ses frères et sœurs, sa mère étant là pour le corriger dès que celles-ci sont trop douloureuses. Tout ce processus est indispensable pour le bon développement comportemental et l’équilibre du chiot.

Le détachement du chiot dans la meute chien

Si on se place dans le contexte d’une meute de chiens, la mère entreprend le

détachement du chiot progressivement au début du sevrage et le termine brutalement en quelques jours, lorsqu’il a environ 4 mois. Cette période dejaide-mon-chiot-a-rester-seul détachement se réalise pour le mâle à la puberté et plus tard pour la femelle vers ses deuxièmes chaleurs. Elle effectue la rupture de ce lien d’attachement exclusif pour que se pratique l’intégration hiérarchique du chien en tant qu’adulte au groupe entier.

La mère procède de la manière suivante : elle repousse ses chiots lorsqu’ils la sollicite pour le jeu ou des contacts affectifs, et refuse définitivement qu’ils dorment contre elle. La mère agit systématiquement ainsi avec tous ses petits.

À la vue de ce comportement naturel, on pourrait penser qu’il est mieux d’ adopter un chiot à l’âge de 4 à 5 mois dans la mesure où il aura passé le stade de l’attachement exclusif et celui du détachement. Le problème est que dans le cas d’une meute, le chien n’est pas destiné à vivre avec l’homme. Dans le cerveau du chiot se produit une destruction des contacts cellulaires non stimulés entre la 5ème et 16ème semaine ce qui va rendre plus difficile son adaptation à un nouvel environnement, provoquant des phobies telle que la peur du monde extérieur ou la peur de l’humain etc.. d’où l’importance d’un contact précoce et varié avec l’homme dès sa naissance, et son adoption vers l ‘âge de deux mois.

Le détachement du chiot dans la meute famille

Pour que le chiot puisse s’adapter à l’humain on le retire à sa mère et sa fratrie vers l’âge de 8 semaines, un âge où le sevrage est terminé mais pas l’attachement à sa mère. Il se trouve alors dans un nouveau monde, seul et en état de détresse sans son être d’attachement, ce pôle sécurisant qu’était sa mère. D’où ses gémissements et pleurs la nuit une fois chez ses nouveaux maîtres. Le chiot cherche sa mère. Il est impératif pour son équilibre futur qu’il retrouve immédiatement un nouvel être d’attachement. Pour palier à beaucoup de problèmes de comportement et l’adapter à ce nouvel environnement, vous ne disposez que de quelques semaines.

Dès que le chiot arrive, il faut qu’une personne prenne le relais de sa mère et se

Chiot et sa maman

La mère apprend à son chiot à se détacher d’elle vers l’âge de 4 mois.

conduise de la même façon qu’elle. Cette personne le nourrira, le câlinera et le soignera jusqu’à l’âge de 4 mois. Cela aura un effet apaisant et sécurisant pour le chiot, tout en lui permettant l’acquisition des rituels sociaux de la famille. Cela favorisera également son développement psychomoteur. Comme nous l’avons vu plus haut, la mère effectue de façon systématique et sans état d’âme à 4 mois la rupture qui va permettre au chiot de s’intégrer dans son groupe. Cela devrait être fait de la même façon dans sa nouvelle famille humaine, mais malheureusement c’est loin d’être la cas. Beaucoup de maîtres commettent l’ erreur de continuer à répondre systématiquement aux sollicitations de leur chiot, favorisant ainsi un état d’hyper-attachement qui va s’aggraver au fil du temps, et conduire inévitablement aux situations que beaucoup de maîtres rencontrent aujourd’hui : destructions du mobilier, mictions, vocalises et défécations d’origine émotionnelle.

Conclusion

Afin d’être en mesure redonner de bonnes habitudes à son chiot (et c’est une des clé de la réussite), il est important que le maître accepte sa part de responsabilité. Il à face a lui un chien qui souffre émotionnellement car le détachement comme le pratique la mère n’a pas été effectué. Il n’est pas question de ne plus aimer votre chiot mais tout simplement de ne plus répondre à ses sollicitations. Pour ceci, repoussez le gentiment afin qu’il apprenne que ce n’est plus lui qui décide des contacts, mais vous, le maître. Pour vous aider à mettre en place le détachement sans stress pour votre chiot et savoir comment procéder étape par étape, j’ai conçu ce livre électronique que j’ai voulu accessible à tous  J’aide mon chiot à rester seul

© Patrick Formoso – Comportementaliste. Formé en éthologie appliquée par  l’EAPAC – Intervient sur le département 31

Tél : 05 62 23 82 66 (Vous pouvez laisser un message sur le répondeur si absent)
Port : 06 01 82 55 36
Mail : formoso.patrick@neuf.fr
 
Auteur de : J’aide mon chiot à rester seul et J’aide mon chien à rester seul

Partagez si vous aimez !

Vous pouvez aussi laisser un commentaire :

2 plusieurs commentaires

  1. Bonjour,

    Je peux comprendre ce que vous dites Elodie B.
    Mais d’expérience je ne suis pas tout à fait d’accord.
    Bien souvent les chiots sont très peu sollicités par les éleveurs. Je préfère conseiller quelqu’un de prendre son chiot à 8 semaines et bien travailler la sociabilisation pour les 4 semaines restantes avant la fin de cette période. Et ensuite donner des conseilles sur comment bien faire le détachement.
    Que de le laisser avec sa portée ou il va certes se détacher, mais risque d’avoir un syndrome de privation sensorielle par manque de stimulation.

    Rare sont les éleveurs qui travaille la dessus avec la portée, d’autant plus que la majorité des éleveurs vivent à la campagne, milieu pauvre en stimulation.

    J’ai l’exemple d’une golden retriever qui est resté jusqu’à ses 4 mois avec sa meute, mais sans stimulation et c’est une chienne qui n’est pas sereine au quotidien. Elle est apeuré des qu’il y a du bruit, de l’agitation, etc.

  2. Bonjour,
    Certaines de vos affirmations me choquent. Je suis vétérinaire et j’ai suivi des cours de comportement canin.
    En particulier, au sujet de la « nécessité » d’adopter à 2 mois. Il ne s’agit pas de chiens sauvages qu’on veut domestiquer. Puisque la portée vit déjà auprès d’humains, pas besoin de traumatiser le chiot en le séparant de sa fratrie avant qu’il soit détaché. Si on laisse la mère faire le détachement, le chien sera d’autant plus équilibré. Personne ne peut le faire mieux qu’elle ! Tout le monde est d’accord là dessus. Vous reconnaissez vous même qu’il s’agit d’un traumatisme, et aucun traumatisme n’est bon, surtout pour un jeune en développement !
    Il n’aura aucun mal à s’attacher aux humains pour autant, si tant est qu’il a des contacts avec des humains dans sa famille d’origine.
    Cette manière de faire est d’autant plus choquante que les personnes qui adoptent un chiot sont rarement présentes avec lui toute la journée par la suite. Or, à cet âge, pour se développer au mieux, il a besoin de jouer avec sa fratrie en permanence. Séparer un jeune de sa fratrie à ce stade et le laisser seul dans une maison la journée, alors que 2 mois de plus auraient suffit à ce qu’il atteigne un développement complet de chien adulte n’est en aucun cas justifiable, sauf que.. cela permet à l éleveur de remettre plus vite la mère à la reproduction et gagner ainsi du temps, et donc de l’argent…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

mon-chien-aboie-ebook

Ebook : mon chien aboie, comprendre pourquoi

Éric Bonnefoi, comportementaliste et  spécialiste de la relation homme/animal, nous fait comprendre à ...

Les chiens qui aboient pendant la promenade

Le chien aboyeur – Causes et solutions

Le sens des manifestations vocales : Que ce soit pour ne pas ...

Histoire d'un chien qui fait pipi sur le lit de ses maîtres

Le chien qui fait pipi sur le lit de ses maîtres

Voici l’histoire de Haigo, Jack Russel de 1 an et demi racontée ...

Aider un à surmonter ses peur : technique de l'immersion

Technique de l’immersion pour le chien qui a peur

« Se promener avec son chien est un des plaisirs de la vie… ...